Louis ABEL-TRUCHET (1857-1918) Bal du cabaret... - Lot 11 - Maison R&C, Commissaires-Priseurs Associés

Lot 11
Go to lot
Estimation :
50000 - 60000 EUR
Louis ABEL-TRUCHET (1857-1918) Bal du cabaret... - Lot 11 - Maison R&C, Commissaires-Priseurs Associés
Louis ABEL-TRUCHET (1857-1918) Bal du cabaret des Quat-z’Arts. Circa 1903. Huile sur toile. Signée en bas à droite. 100 x 148 cm. Exposition : Salon 1903. Bibliographie : Revue illustrée, 01 mars 1905, reproduit dans un article de Gustave Kahn. Provenance : Galerie Georges Moos Genève “ Abel Truchet a donné du bal des Quat’z’Arts une synthèse savoureuse. Des groupes de petites danseuses à tunique safranée, précèdent les hérauts d’armes qui annoncent l’arrivée de la beauté nue portée sur un pavois de triomphe et suivi de mille figurants brillamment bariolés et qui se détachent sur un fond paré d’éclatantes tapisseries. Il a aussi figuré l’éclair blanc des danseuses gagées qui, sur le parquet de Tabarin, donnent avec une grâce assez accorte des pas dérivés de ceux de la Loïe Fuller et apparaissent comme de grandes fleurs d’un blanc teinté légèrement de tous les prismes colorés. Il excelle aussi à montrer dans les bars avoisinants, dans les buvettes étincelantes des verres roses et verts, du brillant des nickels, du sombre vernis des bouteilles aux panses profondes, les marchandes d’amour dans leurs atours de combat, dans les grands manteaux dont elles revêtent le luxe de leurs costumes et qu’elles laissent entr’ouverts pour qu’on puisse constater le détail nombreux et amusant de cette parure. Les faces sont variées, l’espièglerie ou la fatigue, un peu d’esprit naturel ou une bêtise bovine y apparaît. Le contraste le plus accentué parmi ces visions de la femme à Montmartre, c’est la sortie du bal de ses brillantes figurantes du plaisir, frôlant les tristes gigolettes, en cheveux qui errent à la disposition de tous, entre les arbres du boulevard extérieur. C’est une synthèse brève que souvent les peintres nous montrent dans un peu de lumière et d’ombre, c’est de la synthèse vraie, de la vie. ” Gustave Kahn (1859-1936) dans L’art et le beau Montmartre et ses artistes n°4. 1907.
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue